logo

Synthétiseur : l’instrument de musique le plus polyvalent du monde

Synthétiseurs

Le synthétiseur représente un saut sans précédent dans l’histoire de la musique. Jusqu’à son apparition, le médium était dominé par les capacités acoustiques du bois et des cordes. Cependant, les limites des instruments traditionnels ont complètement disparu avec l’avènement du synthétiseur.

L’importance de cet ami à touches technologiques vient de sa polyvalence inhérente qui en fait un outil parfait et indispensable pour les studios d’enregistrement. Et bien que l’apprivoiser nécessite une étude approfondie et une passion pour la musique, cela vaut bien chaque seconde investie.

C’est pourquoi nous allons décrire cet instrument en détail, afin que tu puisses mieux le connaître.

Qu’est-ce qu’un synthétiseur ?

C’est un instrument de musique entièrement électronique qui produit des sons musicaux par la génération et la synthèse électrique de fréquences électriques, électromagnétiques et électromécaniques ou d’ondes sonores. Cependant, ceux qui utilisent ce dernier type de fréquences sont actuellement les moins populaires.

Il se compose d’un clavier semblable à celui d’un piano, mais peut générer pratiquement n’importe quel son et imiter d’autres instruments comme un violon, un orgue, une batterie ou tout autre instrument. Il existe également un nombre infini de sons de synthétiseurs à clavier qui peuvent être téléchargés ou créés par le musicien lui-même.

Comment fonctionne un synthétiseur ?

Le clavier d’un synthétiseur fonctionne de la même manière que les autres instruments électriques. Appuyer sur une touche génère un signal électrique qui est converti en ondes acoustiques. Ceux-ci sont à leur tour transmis par des haut-parleurs intégrés à l’instrument lui-même et c’est ainsi que le son est produit.

Quatre éléments sont nécessaires pour que ce processus soit possible. Nous faisons référence à l’oscillateur, au filtre, à l’amplificateur et au modulateur.

synthesiser-technical-specifications

Oscillateur

C’est un composant électronique qui a la capacité de transformer le signal ou l’onde électrique, généralement du courant continu au courant alternatif. Cette variation se présente sous la forme de mouvements de signaux volontaires qui sont appelés sinusoïdaux, triangulaires, carrés, scie, impulsion et bruit.

De même, ces ondes ou fréquences sonores peuvent être présentées comme une oscillation libre, qui n’a pas de durée prédéfinie. Ils peuvent rester indéfiniment en oscillation jusqu’à ce qu’un amortissement soit fourni. Cet amortissement peut se produire par la génération de frictions électroniques qui peuvent être d’autres ondes électriques pour créer des perturbations.

L’une des oscillations que tu reconnaîtras certainement est celle forcée par l’effet sonore connu sous le nom de retard. Ce phénomène est généralement combiné à des oscillations auto-entretenues et s’exprime sous la forme d’une constante sonore qui reste dans le temps à la manière d’une boucle circulaire.

On pense généralement que les oscillations numériques sont exemptes de bruit. Mais ce n’est pas vrai car chaque composant électronique crée des niveaux de bruit différents. C’est pourquoi les studios d’enregistrement sont toujours à la recherche de processeurs dotés d’une technologie ou de composants à faible bruit.

Tu peux reconnaître le ou les oscillateurs, car ils ont la nomenclature VCO ou DCO. Il s’agit d’abréviations des termes anglais d’Oscillateur contrôlé par la tension ou Oscillateur à commande numérique. Il existe aussi d’autres types d’ondes sonores qui sont d’origine artificielle.

Filtre

Connu sous l’acronyme VCF, il s’agit d’un outil qui te permet de réduire l’incidence des perturbations dans les ondes sonores. Ce filtre a généralement plusieurs niveaux de contrôle, mais il est régulièrement utilisé à un niveau élevé, moyen ou bas. Cependant, la gamme est beaucoup plus large et les commandes de configuration sont souvent présentées comme des potentiomètres rotatifs de type limité, à tour infini et fader. On peut aussi les trouver sous forme de clavier alphanumérique et de curseur à écran tactile.

Ces deux dernières options permettent une plus grande précision et une diversification des niveaux de filtre. Ils sont aussi les plus utilisés par les musiciens professionnels, tant dans les studios d’enregistrement que pour les sessions en direct.

Amplificateur

Un amplificateur ou VCA, comme son nom l’indique, est l’outil qui te permet de contrôler le degré d’amplification que le son aura. L’amplification permet de réduire ou élargir le spectre des fréquences et des ondes électriques, pour finalement façonner et personnaliser nos morceaux de musique.

Modulateur

La fonction de cet outil est de créer des modulations dans les signaux et de les conduire vers les paramètres que nous décidons. Cela dépendra du fait que l’instrument dispose d’une gamme large ou basse de ces paramètres.

En général, les synthétiseurs ont deux modulateurs ou plus. Ils ciblent un autre paramètre ou un outil. Cela peut être le filtre « VCF » ou l’amplificateur « VCA ». À partir du niveau intermédiaire, ils peuvent aussi être conduits vers l’outil wrapper « ENV » qui possède les variables « ADSR ».

ADSR

Ce sont des variables contenues dans l’outil d’enveloppe « ENV » qui indiquent quatre phases des ondes sonores :

  • Attaque : chaque corps sonore commence avec cette propriété. C’est le temps qu’il faut pour que le son passe de zéro à son point le plus haut.
  • Décroissance : la deuxième propriété et phase par laquelle passe le son. Désigne le temps que met l’onde sonore à passer de son point le plus haut au point le plus bas où elle rencontre le support.
  • Corps (sustain) : c’est la période de stabilité vécue par la fréquence avant le début de la période de culmination.
  • Culmination (libération) : la phase finale des fréquences sonores qui commence après la fin du sustain.
ADSR


Chacune de ces phases du son a d’autres sous-phases ou formes dans lesquelles elles s’expriment. Par exemple, l’attaque peut être impulsive ou douce. Elle est connue dans la musique académique par les expressions crescendo, augmentando et rinforzando. Ces dernières peuvent aussi faire partie du maintien et du relâchement.

Parmi les autres étapes du son, on note par exemple la décroissance comme le decrescendo et le diminuendo. Le sustain peut être sostenuto, entre autres.

Chacune de ces phases sont des nuances sonores qui peuvent être manipulées au gré du contrôleur de l’instrument. Cela ne peut être réalisé efficacement que par une étude technique et théorique de la performance, des caractéristiques et des propriétés du son.

Parties d’un synthétiseur

Ces instruments ont une grande variété de composants et ceux-ci varient en fonction du niveau pour lequel ils sont conçus : débutant, intermédiaire ou avancé. Ils dépendent également de la configuration ou du design proposé par les fabricants. Les pièces de base sont les suivantes :

  • Clavier : une caractéristique héritée des pianos traditionnels avec des touches noires et blanches. La seule variante est la quantité, car si certains en ont 37, comme le synthétiseur Moog Grand Mother, d’autres en ont 49, comme le Roland JD-XA ; 61, comme le Yamaha Montage 6 ; ou 88 comme le Yamaha XF 8, Nord Stage 3 et Roland Fantom X8.
  • Potentiomètres : ils se présentent sous la forme d’un bouton avec une rotation de 360°, une rotation infinie et comme un fader.
  • Boutons : ils sont répartis sur le panneau avant de l’instrument et peuvent être souples, durs ou en forme de coussins.
  • Levier : c’est une option que tout le monde n’a pas mais qui est largement utilisée par le fabricant Roland.
  • Affichage LED : les synthétiseurs de conception traditionnelle ne disposent pas d’un affichage LED, mais sur les synthétiseurs Yamaha, il est très courant.
  • Pavé coulissant : un élément typique des modèles haut de gamme. Le plus réputé d’entre eux provient du synthétiseur Korg Oasys de Jordan Rudess. Il s’étend sur une ligne entière de 120 cm sur le panneau avant.
  • Capteur de mouvement : à ce jour, seul Roland utilise ce dispositif dans ses gammes Fantom. Cela crée des variations de dynamique, de vibrations, de trémolo et de volume dans les sons.
  • Panneau de connectivité : situé à l’arrière, cet élément est visible sur la majorité des appareils : USB, MIDI, Jack 1/4, Jack 3.5 mm. Seules les gammes premium disposent de la connectivité Bluetooth.

De grandes propositions sur le marché :

Types de synthétiseurs

On parle beaucoup de ces instruments et la classification suivante est souvent utilisée. Cependant, au fur et à mesure que nous décrirons chaque type, nous prendrons des notes pour dissiper certaines confusions répandues et populaires parmi les utilisateurs.

Synthétiseur analogique

synthétiseur-analogue

C’est un synthétiseur qui utilise des circuits analogiques pour générer le son. Qu’est-ce que cela signifie ? Il y a une absence d’unité centrale de traitement, communément appelée « CPU ».

Un synthétiseur analogique est contrôlé par des composants appelés potentiomètres, soit des boutons rotatifs ou des faders. D’autre part, la fonction d’établissement des réglages est assurée par le musicien qui ajuste les commandes du signal pour faire varier les ondes sonores.

Garde à l’esprit trois faits importants :

  • Dans tout synthétiseur, le son est égal à des ondes électriques.
  • Bien que ce soit un synthétiseur analogique, il fonctionne toujours avec des signaux numériques.
  • Chaque synthétiseur implique le contrôle des niveaux de tension et il existe des niveaux discrets/quantifiables en analogique, bien qu’ils ne puissent pas être observés par un écran LED. Tu as remarqué que les boutons ont un numéro sur eux, n’est-ce pas ?

Synthétiseur numérique

minilogue-xd

Un appareil est considéré comme numérique lorsqu’il a la capacité de quantifier avec précision des niveaux de tension discrets. C’est possible grâce à une unité centrale de traitement intégrée, ou CPU pour faire court.

Le synthétiseur numérique reflète les relevés via un écran LED, les interprétant sous forme alphanumérique. En outre, un modèle professionnel a la possibilité de refléter ces relevés dans des graphiques ou des diagrammes d’ondes, afin que le musicien puisse reconnaître et interpréter les types d’ondes sinusoïdales, longitudinales, transversales et autres.

Cependant, l’analogique et le numérique lisent tous deux des tensions discrètes ou non discrètes, bien qu’ils les reflètent de différentes manières. Rappelle-toi que le contrôle de la tension est réalisé via un composant électronique appelé oscillateur de tension « VCO ». En attachant simplement un synthétiseur performant, le synthétiseur analogique peut faire des réglages aussi discrets qu’un synthétiseur numérique.

La différence fondamentale réside dans la précision de la détermination et du contrôle de ces tensions. Avec un synthétiseur numérique, le musicien a déjà un panneau alphanumérique et non un bouton ou un fader. C’est un avantage considérable qui favorise, en outre, la précision du réglage de ces fréquences ou niveaux de tension.

Synthétiseur virtuel (VST)

synth-1-apox synthétiseur VST

Un synthétiseur virtuel est un logiciel qui s’installe sur un ordinateur, portable ou de bureau. Ils ont toutes les fonctions d’un appareil commun. La grande différence vient de leurs commandes et de leurs composants qui ne sont pas physiques, mais virtuels.

Les plus populaires sont les instruments virtuels de Native Instruments. Parmi les autres, nous pouvons notamment lister :

  • Arturia V Collection 6 ;
  • Spectrasonics Omnisphere ;
  • Tyrell N6 ;
  • Un zèbre ;
  • Synth 1.

Ils existent aussi sous forme d’applications téléchargeables pour Android et iOS, comme Phase84 et DAW Stageligth. Le synthétiseur virtuel AniMoog est maintenant disponible pour l’iPad.

Synthétiseur analogique ou numérique

C’est la même question qui est posée lorsqu’il s’agit de pédales de traitement des effets et d’amplificateurs de son. Certains disent que l’analogique est meilleur, tandis que d’autres préfèrent le numérique.

Avantages et inconvénients

  • Sur le synthétiseur analogique, la configuration est purement composée de boutons et de faders, ce qui implique une faible marge de précision. Pour cette raison, le musicien doit avoir une oreille musicale de haut niveau pour toujours obtenir les mêmes nuances sonores.
  • L’analogique est tout aussi coûteux à entretenir que le numérique, sauf lorsque le processeur numérique doit être entretenu ou remplacé.
  • Il est arrivé que la mémoire du numérique soit effacée ou endommagée. La restaurer nécessite un investissement considérable et, dans plusieurs cas, même l’équipement est complètement perdu, ce qui oblige le musicien à en acheter un nouveau. Mais ce n’est pas le cas de l’analogique, qui n’a pas de mémoire de type CPU.
  • Le grand avantage du synthétiseur numérique vient des réglages qui sont plus précis. Ils offrent beaucoup de possibilités et peuvent être sauvegardés comme préréglage. Cette action est impensable avec le synthétiseur analogique, car il ne possède pas de processeur de type CPU.
  • En ce qui concerne le son, les deux sont aussi bons l’un que l’autre. Chacun possède ses particularités. Aux musiciens d’en juger !

Différence entre un synthétiseur monophonique et polyphonique

La différence entre les deux est très simple. Le monophonique n’a la capacité de produire qu’un seul son à la fois. Les modèles polyphoniques, en revanche, peuvent générer plusieurs sons simultanément.

Par exemple, avec un Yamaha Motif XF8, qui a huit octaves de touches, tu peux faire quatre divisions. Dans l’une, nous avons les séquences, dans une autre, les instruments à vent, dans la troisième, nous avons installé des digi pianos et la quatrième correspond aux percussions. Dès lors, un seul instrument nous permet d’obtenir les sonorités de tout un orchestre. Le type polyphonique est sans aucun doute notre préféré.

Synthétiseur numérique et station de travail

montage-6-workstation

La ligne qui sépare ces appareils est très mince, si mince que les deux termes sont maintenant utilisés de manière interchangeable. Jusqu’à il y a dix ans, cependant, ils se différenciaient par le fait que la station de travail avait une capacité tout-en-un, alors que le synthétiseur numérique n’en avait pas.

Il est possible de trouver des marques comme Yamaha qui affirment avoir abandonné la fabrication de stations de travail pour revenir aux synthétiseurs numériques. Cependant, leurs nouveaux produits affichent de grandes similitudes à une station de travail. Le Montage 6 en est le parfait exemple ! Il est considéré comme un synthétiseur, mais il possède toutes les caractéristiques d’une station de travail.

Synthétiseur modulaire

synthétiseur-modulaire

Ce sont des appareils plutôt étranges et leur utilisation est très limitée. En gros, c’est un synthétiseur dont les modules ne sont pas connectés les uns aux autres, car le fabricant ne fait pas l’installation. Au lieu de cela, c’est le musicien qui établit les liens entre eux afin d’obtenir ses propres sons.

Les meilleurs synthétiseurs du monde

Il existe un grand nombre de marques et de fabricants, même si certains se concentrent sur un modèle spécifique. Malgré cette grande variété, il y a des entreprises qui se distinguent non seulement par leur tradition, mais aussi par la qualité de leurs produits. Certains d’entre eux sont :

Korg

C’est une entreprise japonaise et l’un des fabricants de pianos numériques et de synthétiseurs les plus populaires au monde. Ses meilleurs représentants sont : Korg Minilogue XD, Korg microKORG, Korg Prologue 8 et Korg Volca Bass.

Moog

C’est une entreprise américaine qui représente la tradition et la norme en matière de synthétiseurs. Ses modèles légendaires sont : Moog One-16, Moog Grandmother, et le Moog Theremini.

Roland

Cette entreprise japonaise fabrique des synthétiseurs/stations de travail de haute qualité. La série Phantom en est le parfait exemple.

Yamaha

La tradition et l’excellence de Yamaha sont au service d’excellentes séries telles que XP, XF, Genos et Montage.

Nord Stage

Cette entreprise suédoise est peut-être la plus emblématique en ce qui concerne la technologie des synthétiseurs. La série EX est la plus récente et la plus recherchée au monde.

Un clavier Midi ?

Les débutants peuvent et ont confondu un contrôleur MIDI avec un synthétiseur. Sachez, cependant, qu’un contrôleur MIDI, a besoin d’un processeur de son externe pour faire de la musique, comme Cubase ou le légendaire Pro Tools. Les synthétiseurs, par contre, ont leur propre bibliothèque de sons.

Conclusion

Comme nous l’avons vu, cet instrument de musique est sans doute le plus polyvalent de tous. Ses performances sont limitées à la quantité de technologie incorporée. Plus elle est avancée, plus les possibilités sonores sont vastes.

Tu peux donc profiter de la meilleure musique à travers un synthétiseur. Pour ce faire, fais confiance à culturasonora.

Nous te recommandons également de consulter nos articles sur les mixeurs pour DJ, les batteries électroniques et les meilleures prises pour les concerts. Si tu as besoin d’un contrôleur DJ, tu peux consulter le Pioneer DDJ 400 ou le Ableton Push. Si tu as besoin d’une interface audio abordable, la Behringer U-Phoria UM2 est idéale.

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.Política de cookies

ACEPTAR
Aviso de cookies